RadioNiggli deutsch deutsch english english
Lucas Niggli - drums/percussion

reviews

Biondini - Godard - Niggli - Histoire de voyager17.11.2010 / DNA, Derniere Nouvelles d'Alsace
Biondini - Godard - Niggli
Histoire de voyager

Luciano Biondini, Michel Godard et Lucas Niggli se sont fait plaisir l'autre soir au Préo
d'Oberhausbergen. Invités par le festival Jazzdor, ils ont délivré un concert de toute beauté. On dit de
ces trois là qu'ils ne sont pas tout à fait comme les autres. Ce concert confirma. La formation en trio est
en fait toute récente - Luciano Biondini et Michel Godard ont déjà évolué ensemble, au côté de Rabih
Abou-Khalil ou de Ernst Reijseger, ils en connaissent un rayon sur le brassage culturel et le mélange des
genres. Quant à Lucas Niggli, il ne cesse de parcourir le monde à cheval sur de multiples projets. Sur le
papier, ça pèse donc son pesant d'or - on ne peut qu'être surpris par la faible affluence, au Préo, le soir
du concert. Car sur scène, c'est encore mieux. Les nombreuses influences de chacun des musiciens,
leur inventivité et leur souci du détail sont autant d'éléments qui s'agencent, se lient et se délient,
dessinant un tableau musical riche en couleurs et en nuances. Luciano Biondini exerce avec son
accordéon un jeu très mobile, aux variations multiples, faites de tonalités sonnantes et dissonantes.
Exercice difficile, étayé sur une vraie culture du tango et des musiques méditerranéennes, des champs
parfois éloignés qu'il associe librement. Le travail rythmique de Lucas Niggli à la batterie et de Michel
Godard au tuba et à la basse consiste à soutenir et solidifier les liens tissés par l'accordéoniste. Lorsque
ce dernier se fait plus discret, Godard et Niggli se lancent alors dans des sphères expérimentales,
opacifiant l'atmosphère avant de la faire exploser comme l'orage éclate une couche nuageuse devenue
opaque. Avant de basculer aussi dans des arrangements baroques, le trio interprétant avec superbe Le
sonnet oublié, construit sur la base d'une répétition de riffs de basse sur lesquels Biondini vient faire
pleurer son accordéon avec une ardeur et une charge émotive très fortes. Le temps s'arrête alors. Ces
musiciens sont des voyageurs, on circule au gré de leurs envies, ralentissant avec eux aux carrefours de
leurs idées - là où les grands esprits se rencontrent -, pour reprendre ensuite une marche lente, à
l'horizon funèbre, ou quelque course effrénée, d'allure plus optimiste.

FranÁois Schmoll

faceboolinkedinlinkedinyoutube